Un jour prochain, en famille

Par Lyne Lefort et Simon C. Vaillancourt -  20 février 2021

simonc-famille

Un jour, lorsque la pandémie sera dernière nous, on sera amené à voyager à nouveau. Le confinement nous aura fait réaliser à quel point la liberté de se déplacer où bon nous semble est une chance incroyable et qu’il ne faut pas hésiter à la saisir. Les rencontres et la découverte des différentes cultures sont d’une richesse incomparable. Les voyages permettent, bien entendu, d’assouvir notre soif de curiosité et de connaissances. Ils permettent également de développer et d’acquérir une conscience plus globale et plus humaine sur le monde.

On hésite parfois à voyager en famille par crainte de l’inconnu ou encore parce que ça nous semble trop compliqué. Bien sûr, voyager en famille exige de la préparation et demande parfois de simplifier nos déplacements. Il est en effet préférable, si on est limité par le temps, de se poser au même endroit plus longuement et de rayonner en étoile, c’est-à-dire de découvrir une région en particulier plutôt que de traverser le pays du nord au sud. Une fois la peur et l’appréhension dissipées, on en vient à l’évidence que voyager avec ses enfants est un privilège et une occasion en or de se créer des souvenirs communs qui resteront à tout jamais gravés dans nos cœurs.

Le fait d’être dans la même bulle, à l’autre bout du monde pendant un certain laps de temps est un terrain fertile pour le développement de la complicité parent-enfant. Cette relation tissée-serrée nous aidera à garder un bon lien avec notre progéniture de retour au pays.

Voyager avec un enfant, c’est aussi lui ouvrir une fenêtre de réflexion sur le monde et sur l’acceptation de la différence. Une fois passé le choc des cultures, les différences observées l’amèneront à réfléchir sur notre mode de vie, sur nos choix et à questionner nos valeurs en tant que société. Prenons-nous soin de nos personnes âgées? Est-il nécessaire de posséder autant? Que fait-on de nos richesses naturelles? Est-ce que l’exploitation que l’on en fait est juste ou si on les épuise négligemment? Protégeons-nous suffisamment nos écosystèmes comme il le faudrait ou l’appât du gain gagne-t-il du terrain par soucis de rentabilité économique au profit de la protection de notre planète?

Les voyages sont une source inépuisable d’apprentissage des valeurs fondamentales que sont le respect, le partage et le non-jugement. Le voyage est La grande école de la vie, au fond.

Les longs vols découragent parfois les familles à voyager en Asie. Pourtant, si on sait bien occuper les enfants avec des livres, des petits jouets, des jeux et des films, le déplacement s’effectue sans grand soucis. Lorsque nous avons amené notre fille à Bali alors qu’elle avait 6 ans, elle était toute excitée d’arriver en Indonésie après 25h de déplacement : « Même si je ne le connais pas ce pays-là, je l’aime déjà ».

Nous n’étions pas à convaincre : nous étions tombés sous le charme lors de notre premier voyage à Bali 10 ans auparavant. Tant et tellement que l’envie d’y revenir pour y tourner notre film Bali aujourd’hui s’est imposé prestement. C’est un immense plaisir pour nous de vous faire découvrir ce magnifique coin de paradis, cette île fascinante et colorée et ses habitants si attachants et souriants.

Nous vous souhaitons de pouvoir voyager sur l’île de Bali dès que possible et pourquoi pas avec vos enfants! Les balinais sont très accueillants et encore plus avec les familles de voyageurs. Les enfants sont vraiment un atout pour créer des liens facilement avec les autres peuples, en toute confiance. Assurément, un joker dans votre jeu de cartes!

Si vous avez la chance de fouler le sol balinais, vous serez sûrement d’accord avec nous que l’île des dieux mériterait bien de se faire rebaptiser l’île du bonheur.

PARTAGEZ CETTE HISTOIRE:

Lyne Lefort et Simon C. Vaillancourt

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez branché à la
communauté destidocs

Abonnez-vous à notre infolettre